Le burn-out maternel, quelle est l’issue ?

Le mot « burn-out » est très utilisé dans le monde de travail pour décrire l’épuisement professionnel que subissent les salariés. Mais, savez-vous que les mères de famille sont aussi concernées par ce syndrome d’épuisement… lié à la maternité ? Ça s’appelle le burn-out maternel. Comment se manifeste-t-il chez les mamans et surtout comment s’en prémunir ?

Le burn-out maternel : qu’est-ce que c’est ?

Moins connu que le baby blues ou la dépression du post-partum, le burn-out touche aussi les jeunes mères. Elles subissent également ce sentiment d’épuisement lié à la maternité qu’on appelle burn-out maternel. Normalement, accueillir un nouveau-né sous son toit doit être synonyme de bonheur. Malheureusement, l’arrivée de bébé peut vite devenir une situation stressante pour la maman.

La fatigue (physique et psychique), le manque de sommeil, le stress ou encore l’irritabilité prennent parfois le dessus. En effet, devant les pleurs de bébé, l’allaitement, les occupations domestiques et le manque de communication, beaucoup de mamans se sentent impuissantes. La pression est parfois trop forte pour ces mamans qui n’ont souvent que peu d’aide et de relais pour souffler et récupérer. Elles sont à bout de nerfs et craquent.

Le burn-out maternel : faut-il s’en soucier ?

Lorsqu’une mère de famille est atteinte de burn-out maternel, c’est qu’elle a atteint et même dépassé ses limites. Elle n’éprouve plus de plaisir ni de motivation sur ce qu’elle entreprend. Elle a épuisé toute sa réserve d’énergies et s’effondre. Quand elle atteint ce paroxysme, c’est le burn-out.

La connexion est rompue entre la mère et le bébé, entre mari et femme. Il arrive que la mère devienne même maltraitante avec bébé. L’incompréhension, l’épuisement et la solitude poussent même parfois la maman à avoir des idées sombres.

Le burn-out maternel : comment s’en sortir ?

Étant donné que le burn-out maternel n’est pas considéré comme une pathologie, il est souvent vu comme un tabou. Voir une mère qui ne sait pas calmer son enfant ou gérer son bébé est plutôt mal vu par la société. Beaucoup de ces femmes victimes d’épuisement maternel se referment sur elles-mêmes, car elles ont honte et elles ont peur d’être jugées.

Pour sortir de cette impasse et retrouver une vie de famille harmonieuse, ces femmes ont besoin d’aide.

Comment ?

Parfois, le traitement est d’ordre psychologique c’est-à-dire l’acceptation. Le fait d’accepter de ne pas être une mère parfaite va changer la donne. Accepter que l’erreur est humaine, que s’énerver, pleurer ou craquer de temps en temps est tout à fait normal !

La maman peut également anticiper le burn-out en s’ouvrant au monde. Il ne faut donc pas craindre de parler à ses proches, à un psychologue ou à d’autres mères de famille. Souvent, le fait de se sentir moins seule permet de relativiser la situation.

Une autre piste est d’accepter l’aide de l’entourage lorsqu’il se présente, de déléguer des tâches au papa, à un proche ou à une nounou. Prendre un peu de temps pour soi n’est pas un crime mais une nécessité. Coiffeur, massage ou encore réunions entre copines permet de recharger les batteries et sont clairement un bon investissement temps.

Publié par:

Julie

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas diffusée. zone à completer spécifiée (required):

Derniers comments

  • Julie says:

    Bonjour, Effectivement le liniment peut être utilisé aussi sur les adultes notamment comme lait n

  • cochet says:

    bonjour voilà j'aimerais savoir si pour nous adultes le liniment peut nous etre utile car en cemome

Qui suis-je ?

Cajoler bébé c’est le rendez-vous des mamans qui se posent pleins de question.

Je suis Julie, jeune maman de 2 enfants et accessoirement puéricultrice de métier.

J’ai choisi de partager mon temps entre mon métier de puéricultrice à temps partiel, maman à temps plein et blogueuse pour maman qui se questionne sur le temps qu’il me reste.

Je partage donc mes coups de cœur et coup de gueule avec plaisir.

Back to Top